11

‘‘ Un petit groupe se tenait à l’écart, semblant chercher à cacher le fourgon où reposait un mort. Je regardais la voiture noire et j’écoutais ce que me disait celui qui s’y trouvait.

Il me disait que durant la poignée d’années que Dieu ou le hasard nous offrait, il était urgent de trouver celui ou celle que l’on était et de s’accepter, de se montrer sans fard, car vivre à côté de soi-même, c’est comme vivre hors de sa maison, exposé, solitaire.

Il fallait apprendre à s’habiter, me disait cet homme qui s’était quitté : dans ses chambres lumineuses comme en ses obscurs recoins.

 

Janine BOISSARD, "La reconquête"

 

C’est drôle. Quand j’ai lu ce livre pour la première fois il y a vingt ans, je n’avais pas surligné ce passage. Quel hasard d’avoir eu envie de le relire! Celui-là spécialement parmi les dizaines et dizaines d’ouvrages écrits par cette auteure!

Je vous souhaite d'apprendre à vous habiter, dans vos chambres lumineuses comme dans vos obscurs recoins!

fleurs